LES CENTIMETRES QUI COMPTENT VRAIMENT

Les centimètres qui comptent vraiment.

Je ne suis pas une gourou des relations ou même une experte en séduction mais je suis une aguerrie de la vie et une expérimentée de mon existence et de ma propre histoire. 24 ans, pour arriver à un constat; l’amour. Que ce soit sur Tinder, Meetic ou au détour d’une rue, tout le monde semble chercher à aimer et à être aimé. Dans cette quête un peu folle aux perfect matchs, double tap et profils parfaits, il est légitime de se demander quelles sont les choses essentielles à une bonne relation. L’une de ces choses, mesdemoiselles, messieurs, sont les centimètres, 45 pour être exacte.

« Non ce n’est pas notre tour de poitrine ou la taille de l’engin de monsieur qui éblouira notre bien aimé(e) mais bien notre capacité à nous montrer vulnérable, authentique, aimant(e) et pleinement présent(e). »

On le sait, entretenir une relation saine, équilibrée et romantique est difficile mais contrairement aux idées reçues, ce n’est ni à cause de l’argent, ni à cause du sexe, ni même à cause des chaussettes sales de monsieur. L’infidélité, le mensonge et la peur de l’engagement sont les trois premières causes de rupture. En d’autres termes, la majorité des séparations sont causées par un manque de confiance (généralement conséquence de trahisons passées) qui engendre elle même souvent les trahisons à venir. On tourne en rond en enchaînant les relations, répétant les mêmes erreurs sans avoir pris le temps de guérir. Et la principale raison, selon moi, de ce cercle vicieux et d’une vie émotionnelle non épanouie, sont les 45 centimètres qui séparent notre tête de notre cœur. C’est la distance qui va nous empêcher d’être vulnérable avec l’autre. Celle qui va toujours nous tirailler entre ce que l’on voudrait faire et ce que l’on ose faire. C’est cette même distance qui va préférer adopter des mécanismes de défense plutôt que de guérir les blessures du passé et celle qui aura trop peur du rejet pour prononcer ces trois petits mots: Je t’aime. Non ce n’est pas notre tour de poitrine ou la taille de l’engin de monsieur qui éblouira notre bien aimé(e) mais bien notre capacité à nous montrer vulnérable, authentique, aimant(e) et pleinement présent(e). C’est notre capacité à connecter avec notre tête et notre cœur, notre disposition à pleurer, demander pardon et à nous reprendre en mains. C’est être pleinement nous et nous aimez pleinement. Parce que les personnes blessées auront tendance à blesser et qu’une relation saine, commence avec des personnes saines.


Malheureusement, nous vivons à l’ère de la productivité. Nous n’avons que faire des sentiments et très jeunes déjà nous apprenons à ignorer une des parties les plus cruciales de notre être, notre cœur. On demande aux petits garçons d’arrêter de pleurer et d’être des hommes « forts ». Et on dit aux petites filles qu’elles sont tellement plus belles lorsqu’elles sourient. On associe émotivité à faiblesse et l’un dans l’autre, le détachement à de la force. Alors sans jamais prendre de risques, on cherche la personne parfaite sans défauts, on swipe, on enchaîne les conquêtes et on se retrouve vide. J’ai moi même pensé pendant longtemps, par peur de souffrir, que le moins je laisserais quelqu’un m’affecter, le mieux je me porterais. Jusqu’à ce que je réalise que me distancer de mon cœur pour ne pas ressentir mes peines, c’est également l’empêcher de ressentir pleinement la joie et tant d’autres belles choses. La véritable force, ce n'est pas l'absence de faiblesses mais la reconnaissance de celles-ci. Être fort, ce n'est pas se battre pour prouver que l'on a raison mais c'est accepter d'avoir tort et demander pardon, ce n'est pas prétendre ou essayer d'être parfait mais c'est être vrai avec soi et avec l’autre.

« Il est temps d’enterrer la personne que l’on essaye d’être pour être simplement nous-mêmes dans toutes nos imperfections et nos qualités. Nous ne pouvons pas demander à qui que ce soit d’aimer une personne que nous prétendons être ou que nous n’aimons pas. »

J’ai récemment fait un sondage sur Instagram ou je demandais à mes amis quelles étaient les caractéristiques qu’ils trouvaient attirant chez quelqu’un. Alors que je m’attendais à des réponses prévisibles comme des jolies fesses, une poitrine généreuse, un corps musclé, etc, la plupart m’ont parlé de traits de caractère et de valeurs. J’ai été surprise par les réponses données alors que j’aurais probablement donné les mêmes. Nous prêtons souvent des intentions que nous ne partageons même pas au reste du monde. L’attirance physique fait partie de la relation mais elle n’occupe absolument pas le rôle majeur qu’on aime lui donner. Paradoxalement, le fitness et le healthy lifestyle n’ont jamais été autant à la mode qu'aujourd'hui. On est souvent prêts à investir pour notre corps mais qu’en est-il de notre cœur ? Il est temps d’également entamer une remise en forme émotionnelle et ça commence par faire le deuil. Il est temps d’enterrer la personne que l’on essaye d’être pour être simplement nous-mêmes dans toutes nos imperfections et nos qualités. Nous ne pouvons pas demander à qui que ce soit d’aimer une personne que nous prétendons être ou que nous n’aimons pas. Prenons le temps de nous aimer et nous  connaître, connaître nos besoins, nos passions, nos frustrations et apprendre à les communiquer. Enfin prenons le risque d’aimer, d’être aimé(e), être blessé(e) et guérir. C’est lorsque l’on est proche de notre coeur et notre tête que l’on choisi et que l’on évolue avec un partenaire idéal (et pas idéalisé), basé sur notre vision et nos valeurs. Et toi ou choisis tu d’investir ?